Ô ciel !

Ne nous sommes donc jamais arrêté momentanément, en profitant de cet excès de conscience, les yeux grands ouverts, pour sentir ce flux « Humaniversel » ?

Un instant de calibrage instinctif qui définit la question de l’Existentielle. Certains se laissant même tenter à river le ciel comme si il y avait des réponses à nos inexplicables. Mieux encore, c’est un espace de partage multiculturel et spirituel. Un arrêt spontané à se voir vivre soi-même un spectacle qui, sans langage, peut nous lier de façon magnétique.

L’Agneau

L’Homme

En ces jours que nous croyons bien sombres, nous vivons en effet une époque bien mouvementé depuis l’apparition de notre espèce. Espèce qui, depuis qu’elle domine le feu, connaît perpétuellement l’inédit. En effet l’évènement de son existence est croissante. Part d’un point A, l’uni-cellule, et tire un fil depuis des milliers d’années de part sa curiosité à savoir jusqu’où elle peut aller dans sa capacité de survie. Elle tire sur la corde, inconsciente bien-sur, habitée par son instinct de survie. Elle est réputée robuste pour traverser les temps en se fiant à sa génétique historie.

Oui, génétique historie. Comme si les évènements historiques (commençant du point A) s’encraient de manières définitives et irrémédiables dans la carte mère des milliards de spermatozoïdes que nous avons été au fil des temps. C’est non-palpable, invisible, cela nous dépasse mais l’Homme qui nait chaque jour est érigé derrière lui par les milliards de ses semblables. Des transmissions de pensées. Des projets d’ancêtres non tenus par manque de temps et de moyens que la jeunesse héritera pour triompher à la mémoire de ses pères. Ces pierres, passées de mains en mains, pour construire ce monument:  l’édifice jamais construit jusqu’ici par une autre espèce que la sienne.

A travers le temps, nous avons ont été surpris, apeuré, habitué, bannis, glorieux, corrompu, innovant, réfléchi, attristé, injuste et parfois inhumain, contraire aux valeurs de notre grande famille.  De manière générale, l’Homme prend l’air d’être au summum de sa réussite terrestre, se dévoilant de tout l’amour qu’il a pu donner, de toute sa cruauté dont il a été capable, de tout les plaisirs qu’il a voulu jouir, de tout sa créativité qu’il a pu imaginer jusqu’à présent. Dans le cas échéant, le remodelage générationnel de l’espèce a permis, au nom de l’Homme, d’accomplir n’importe quelle tâche de sa volonté. Certains événements dont nous avons été auteur et acteur nous ont touché en nous réunissant au plus haut point. D’autres, en revanche, ont pu nous rendre insupportable et nous séparer. La condition humaine n’a jamais été aussi permissive, envieuse de nouveauté quitte à supprimer une partie de sa fratrie.

Enfin, quand j’entends le mot « Humanité », je vois alors l’étroite chambre de Van Gogh avec les quelques milliards que nous sommes. Certains ont chaud, d’autres ont froid. Parmi eux, certains regardent par la fenêtre tel des visionnaires ou se regardent dans le miroir, quelques un tentent encore de chercher des trésors dans les coins les plus méconnus de la chambre du Maître.

L’Agneau

Jung

« La création du son en premier lieu présente une certaine ressemblance avec « la parole du créateur de la Genèse » — « Le mythe n’est pas un fantasme infantile ; il est une nécessité essentielle de la vie primitive »

Les métamorphose de l’âme et ses symboles C. G. Jung